Il est des pays où l’on ne vient jamais pour la première fois…

 

« Quand la Chine s’éveillera…le monde tremblera » publia Alain Peyrefitte en 1973.

Quarante ans après, cette peur est-elle toujours aussi tenace ?

Que nous réserve ce grand pays trop longtemps coupé du reste du monde ?

Peut-on résumer la Chine à cette vision systématiquement catastrophiste que nous imposent les médias occidentaux en se contentant de stigmatiser des situations évidement dramatiques ou injustes. Non bien entendu !

Ce serait oublier tout ce qui fait la beauté et la sagesse de cette civilisation millénaire.

Mais notre jugement est malheureusement pollué par la crainte de la mondialisation.

Nous ne voyons que ce que la Chine peut nous prendre mais pas ce qu’elle peut nous apporter.

 

La Chine d’aujourd’hui s’ouvre, elle se donne à voir.

Pays de l’impermanence, royaume de l’imitation, elle offre des valeurs et un regard sur le Monde qui remettent en question notre culture occidentale.

Objet de toutes les convoitises, l’empire du milieu est rapidement devenu la vitrine du monde, à l’image des JO de Pékin ou de l’expo universelle de Shanghai.

Telle une maitresse inavouable, courtisée par tous mais en secret, afin de s’affranchir de l’épineux problème des droits de l’homme. Et l’attribution du prix Nobel de la paix 2010 Liu Xiaobo, n’y changera malheureusement rien.

 

L’ouverture brutale à de nouveaux modes de pensée, les valeurs traditionnelles détrônées par l’ivresse de la consommation ; ce bouleversement des cultures induit une étrange sensation de flottement et de perte de repères.

J’ai tenté à travers ce travail photographique d’exprimer ce mélange d’espoir et de fatalisme, d’insouciance et de gravité, de tradition et de modernité

Récit d’un voyage initiatique au cours duquel je me suis laissé absorber par la mutation quasi organique des êtres et des choses, par la pesanteur des regards qui exprime toute la difficulté de cet accouchement au forceps.

Une ambiance à la Cronenberg, énigmatique, imprégnée de violence sous-jacente, dans un monde qui évolue si rapidement qu’il en devient presque virtuel.

Une photographie lourde, dans laquelle il ne faut pas hésiter à pénétrer en profondeur, nu de tout préjugé.

 

 

>>  GALERIE